Le service départemental de l’Office national des anciens combattants et victimes de guerre (ONACVG)

 

L’Office national des anciens combattants et victimes de guerre (ONACVGOffice national des anciens combattants et victimes de guerre), créé en 1916, au cœur de la grande guerre, est un établissement public d’Etat à caractère administratif sous tutelle du ministère de la défense, doté de la personnalité civile et de l’autonomie financière.

L’ONACVGOffice national des anciens combattants et victimes de guerre, c’est l’action coordonnée de plusieurs structures complémentaires :
- un siège, à l’hôtel national des invalides à Paris pour mettre en œuvre la politique générale définie par le conseil d’administration,
- un service par département, DOMDépartement d'outre-mer compris, pour répondre aux besoins des ressortissants et développer localement la politique de mémoire définie au niveau national,
- 8 maisons de retraite pour accueillir les ressortissants âgés,
- 9 écoles de reconversion professionnelle pour aider les personnes handicapées, ressortissants  de l’Office ou anciens militaires à retrouver un emploi.

La particularité de l'Office réside dans son fonctionnement : c’est un établissement géré conjointement par l’Etat et les grandes associations du monde combattant. C’est le paritarisme, une organisation qui permet aux anciens combattants et victimes de guerre de participer aux grandes décisions concernant leur avenir. Ainsi, ces associations siègent au conseil d’administration national ainsi qu’au sein des conseils départementaux.

L’ONACVGOffice national des anciens combattants et victimes de guerre, c’est plus de 3,5 millions de ressortissants anciens combattants et victimes de guerre répartis selon plus d’une vingtaine de statuts spécifiques. Ils sont ayants droit ou ayants cause des différents conflits du XXème siècle : anciens combattants, pupilles de la nation, victimes d'attentats, harkis, juifs spoliés, veuves de guerre, ...

Au cœur des missions de l’Office :
- la solidarité envers ses ressortissants (interventions financières, assistance administrative…),
- la reconnaissance et la réparation (attribution de différents titres et cartes…),
- la mémoire (transmission de la mémoire et des valeurs de citoyenneté auprès des jeunes générations…),
- la reconversion professionnelle (via notamment ses écoles de reconversion),
- l’hébergement (réseau de 8 maisons de retraite),
- la dimension internationale (implication dans des activités hors de nos frontières).

De plus, l’ONACVG assure depuis 1991, la gestion de l’Oeuvre Nationale du Bleuet de France dont les recettes permettent de financer des activités de solidarité et de mémoire.

Pour en savoir plus sur l’ONACVG : http://www.onac-vg.fr