A la Une

Interviews de Xavier Delestre, conservateur régional de l’archéologie sur la carrière de la Corderie

 
 

Retrouvez la retranscription de l’interview de Xavier DELESTRE, conservateur régional de l’archéologie sur France Bleu Provence le 03 août 2017 à 07h20 au sujet du chantier de la Corderie.

France Bleu :
Bonjour Xavier DELESTRE.

Xavier DELESTRE :
Bonjour.

France Bleu : 
Alors vous travaillez pour la DRACdirection régionale des affaires culturelles (Direction Régionale des Affaires Culturelles) et si on vous reçoit ce matin, c’est parce que beaucoup s’inquiètent du sort réservé à ces vestiges, cette carrière vieille de plus de 2 500 ans en plein cœur de Marseille, à côté du Vieux-Port. Vinci veut construire un immeuble sur ce site, les travaux doivent démarrer normalement au mois de septembre. Est-ce que vous pouvez nous affirmer ce matin que ces vestiges seront bien préservés ?

Xavier DELESTRE :
Oui, tout à fait, c’est une opération d’archéologie préventive qui s’est réalisée sur ce terrain comme sur l’ensemble des terrains de la commune de Marseille, dès lors qu’il y a un projet qui peut porter atteinte au patrimoine.
L’Etat, le ministère de la Culture a entrepris cette recherche qui a été conduite par l’établissement public INRAP. Les résultats sont ce que vous venez d’évoquer : la découverte d’une carrière.
Et à partir de cette découverte, nous avons travaillé, nous, service de l’État, en imposant au constructeur (Vinci Immobilier) la conservation – comme l’avait d’ailleurs annoncé madame la ministre de la Culture – d’une partie de ces vestiges les plus emblématiques pour que l’on puisse non seulement en conserver la présence et la mémoire, et pour que ces vestiges nouveaux puissent être aussi valorisés.

France Bleu :
Un périmètre protégé de 650 m², mais qui exclut certaines parties du site notamment des colonnes grecques et un puits. C’est ça que redoute en fait les riverains et certains collectifs, qu’une partie de ces vestiges soit détruite, non ?

Xavier DELESTRE :
Alors, pour ce qui est du puits, il est conservé et pour ce qui est des colonnes, il n’y a pas de colonnes.
Ce que l’on voyait sur le terrain, c’était des traces de découpe de blocs, mais il n’y a pas de colonnes à proprement parlé.
Pour les vestiges dont vous dites qu’ils ne seront pas conservés, l’ensemble des vestiges qui ont été mis au jour dans le cadre de la fouille ont été étudiés scientifiquement, comme les archéologues aujourd’hui le pratique, c’est-à-dire en faisant des relevés, des photographies, des prélèvements.
La documentation a été scientifiquement archivée et le ministère de la Culture a considéré qu’au vu des éléments que l’on avait mis en évidence, la conservation étant peu satisfaisante pour ceux-là, il n’y avait pas de raison objective de les conserver.
Et par conséquent on a identifié une zone qui, elle en revanche, le méritait.

France Bleu :
Alors, cette zone correspond au futur jardin de cet immeuble, on a du mal un peu à croire au hasard sur la délimitation.

Xavier DELESTRE :
Et pourtant, le hasard est réel puisque si les vestiges avaient été implantés différemment, nous aurions été – et c’est le droit qui le permet – dans la possibilité de faire modifier le projet de construction.

France Bleu : 
Ça veut dire que les futurs occupants de cet immeuble auront, dans leur jardin, des vestiges ?

Xavier DELESTRE :
Tout à fait, ils auront des vestiges, mais ce qui est important aussi c’est qu’au-delà de cette vision privative, il y a un point de passage entre cette propriété et le rempart qui permettra à tous les Marseillais et aux touristes de pouvoir venir admirer ces éléments du patrimoine archéologique.

France Bleu :
Vous, qui êtes conservateur en patrimoine archéologique, vous pouvez nous confirmer que ces découvertes sont majeures ?

Xavier DELESTRE : 
Ces découvertes sont importantes pour l’histoire de la ville de Marseille, dont vous savez que son histoire est très ancienne puisque c’est la ville la plus ancienne de France.
En revanche ces vestiges s’inscrivent pour nous scientifiquement comme un élément nouveau dans le puzzle de l’histoire, que l’on reconstitue depuis une cinquantaine d’années où l’archéologie se pratique régulièrement dans cette ville.

France Bleu :
Merci beaucoup Xavier DELESTRE d’être venu dans nos studios ce matin à Aix-en-Provence.

Xavier DELESTRE : 
Merci à vous.

Écoutez l'interview sur France Bleu Provence : https://www.francebleu.fr/emissions/l-invite-de-7h20/provence/l-invite-de-la-redaction-5

Retrouvez l'article de la Provence Marseille du 4 août 2017 

Cliquez sur l'image pour l'agrandir